Aller au contenu principal

BIRDSTONE - Seer

Musique Chroniques Publié le 09/01/2019

Avec leur premier album à paraître fin février, Birdstone viennent poser les fondations solides de leur mystic rock/ritual blues. Et passez moi l'expression, mais nos régions ont du talent.

Après un premier EP, The Cage, paru en 2017, Birdstone revient marquer ce début d'année avec son premier album, Seer, fort de 7 titres dont une nouvelle version d' ''Alquézar'' déjà présent sur leur précédent EP. Autant vous dire que le trio n'a pas chaumé depuis sa formation en 2015.

Birdstone n'est pas un groupe sur lequel on colle facilement une étiquette. Le trio Tourangeau originaire de Bressuire, non loin de Poitiers, délivre une musique à la croisée du blues et du rock psychédélique, et prend un malin plaisir (partagé) à nous balader entre les sonorités claires d'un blues aérien comme peut en témoigner ''Beast'', quatrième titre de l'album, et des riffs au groove surpuissant qui s'approchent parfois carrément du stoner, je vous défie de ne pas (au moins) bouger la tête en écoutant les massifs ''Exodus'' et ''Ritual''. On notera également quelque-chose de rock progressif, notamment sur ''Ritual'' et ''Beast'' qui approchent toutes deux les 10 minutes.

 

Birdstone au Rise & Fall à Niort - Crédits: Guillaume Guérin Photographies

Birdstone au festival Rise & Fall à Niort - Crédits photo: Guillaume Guérin Photographies

Le son de Birdstone est organique, assez vintage dans ses influences musicales et sa distorsion teintée de fuzz, le choix de faire masteriser leur album par Noel Summerville au studio 3345 Mastering, situé à Londres, n'y est certainement pas pour rien, on parle quand même d'un professionnel ayant travaillé avec The Clash, The White Stripes, ou encore The Waterboys, entre autre. Auto-défini comme groupe de « Mystic Rock/Ritual Blues », on retrouvera tout au long de Seer des passages très atmosphériques, une tension ayant parfois quelque-chose d'inquiétant, une esthétique musicale qui correspond d'ailleurs très bien aux thématiques narratives abordées tout au long de l'album.

Seer, qui signifie voyant, ou prophète, fait le récit d'un parcours initiatique, d'une expérience humaine marquée par la spiritualité et l’ésotérisme. Du premier titre a capella portant le nom de l'album, ''Seer'', au dernier, ''Alquézar'' (pour lequel un clip a été tourné, à retrouver en fin d'article), notre voyant passe par nombre d'états et sentiments auxquels peut s'exposer l'Homme au cours de sa vie, l'auditeur sera témoin de ses tiraillements, ses questionnements et conflits internes, de sa rencontre avec son gourou pour finalement arriver à sa perte, parce qu'on ne finit jamais mieux que sur une note positive...

En 7 titres, 44 minutes et 58 secondes très exactement, Seer fait démonstration d'un style original et abouti, car si les trois membres de la formation ne se sont officiellement formés autours de Birdstone qu'en 2015, les Bressurais se connaissent depuis suffisamment longtemps (une bonne décennie tout de même) pour savoir faire converger les diverses influences qui ont pu construire l'identité musicale de chacun vers un ensemble riche et cohérent.

En somme, ce premier album très réussi est une sacrée démonstration du potentiel de Birdstone et une belle plongée dans leur univers musical, avec un vrai début, une vraie conclusion, et un sacré voyage entre les deux. On suivra attentivement l'évolution du groupe qui, avec Seer, ouvre un chemin sur lequel on espère se balader encore longtemps.

Ah, et si tu veux faire un super investissement et d'un même temps une bonne action (si si), tu peux pré-commander Seer pour la modique somme de 15 euros pour le vinyle et 10 euros pour le CD, un tarif d'autant plus attractif que l'album est de qualité, et tu fileras un petit coup de pouce au trio qui auto-finance entièrement la production de l'album.

Pour précommander Seer, c'est par ici: