Aller au contenu principal

FIRST DRAFT - Irony and Smiles

Musique Chroniques Publié le 31/01/2019

Le duo a sorti son premier album Irony and Smiles au mois d'octobre 2018, et pour l'occasion, c'est au Temps Machine que s'est tenue leur release party, histoire de boucler la boucle, car c'est également ici qu'a débuté l'enregistrement de l'album, par Julien Bouvier.

Formé en 2016, on retrouve dans First Draft deux musiciens seulement : Marine à la batterie, qui assure également le chant, et Clément à la basse. Et si la formation est minimaliste, leur son, lui, est très loin de l'être et First Draft n'aura pas grand mal à vous en convaincre. Entre instrumentales massives et chant clair aérien le groupe questionne tout au long de l'album la limite parfois difficile à cerner entre le rock et le métal.

Étant guitariste amateur de gros son et de grosses distorsions, ma première réaction à la vue de la formation a été de me dire qu'une basse et une batterie, seules, manqueraient certainement de punch, qu'il s'agissait probablement de quelque-chose d'assez expérimental, mais il n'en est rien. À vrai dire après écoute de l'album, on pourrait même carrément être tenté de penser qu'en fait un guitariste, ben on peut bien s'en passer (je sais, c'est un peu dur)…

Le son de la basse est très travaillé à l'aide d'un pedalboard compact mais bien fourni, de sorte qu'il combine à lui seul celui d'une basse et celui d'une guitare en distorsion comme en son clair, bon nombre d'effets permettent également de sculpter des textures riches et spatialisent un peu plus un son déjà massif. La guitare est donc absente sans vraiment l'être, puisque Clément est branché non seulement dans un ampli basse, mais aussi dans trois amplis guitare, et le résultat est d'autant plus édifiant avec une démonstration live, le mur d'ampli souligne efficacement le caractère ultra massif des riffs, leur donnant presque quelque-chose de djent (le son caractéristique des guitares accordées très graves ou à cordes supplémentaires, équipées d'une grosse distorsion) mais en plus gras, après tout il s'agit quand même d'une basse.

Les riffs sont puissants, aux sonorités modernes dans lesquelles on pourra entrevoir des influences metalcore, mêlant des grooves entraînants avec l'énergie de passages tirant de temps en temps sur le punk (notamment à la batterie) comme on en trouve sur ''Irony and Smiles'' ou ''Stalling in Clarity'', dans une globalité très mélodique en sons clairs comme saturés, que l'on doit aussi grandement au chant clair de la batteuse dont on peut saluer la maîtrise et l'aisance jusque dans les notes les plus aiguës, et qui m'a d'ailleurs un peu rappelé le timbre de voix et les lignes mélodiques qu'on peut retrouver chez Paramore ou Evanescence, sans que ces groupes ne figurent dans les influences du groupe ou ne soient même comparables à leur esthétique globale…

 

Crédits photo: Judith Florent-Lapara
 

Pour s'attarder un peu sur les thématiques d'écriture abordées par le duo, on pourra retrouver dans cet album des textes tournés vers l'impact du manque de communication dans la vie sentimentale, les traces laissées par le premier amour et la valeur bien souvent fantasmée qu'on lui accorde, ou encore le refus de s'ouvrir, l'hypocrisie de se protéger en ignorant sciemment ce qu'il nous est pénible de voir, les contradictions entre ce que l'on fait, où nous allons, et ce que nous voulons vraiment sans parfois avoir le courage de l'honnêteté envers soi, par peur du changement ou du regard des autres… Si on a certainement connu plus réjouissant, les thèmes sont quand même toujours traités avec une note d'espoir et de positivité (vous devriez pouvoir vous passer de mouchoirs).

Ce premier album, dont la production fait honneur au son bien travaillé des deux musiciens, propose une formule efficace et accessible pour peu qu'on soit amateur de rock aux instrus assez musclées et modernes, très mélodiques, avec un bon penchant pour une certaine mélancolie dont le duo offre une belle démonstration sur des titres comme ''Heavy Slumber'', ''My Shell'' ou ''Gold Won't Last''.

Pour le mot de la fin, tenez-vous bien au courant des actualités du groupe qui explore en ce moment même de nouveaux univers musicaux avec un petit quelque-chose de prog, un peu mathrock, plus atmosphérique, et qui promet une belle évolution musicale pour le duo, on garde un œil et une oreille sur eux !