Aller au contenu principal
ven. 1 mars 19H30
TACKT #41 - RELEASE PARTIES !

MARIOTTE + NAJOI BEL HADJ

Le Temps Machine Club
Ouverture des portes : 19h30 - Début des concerts : 20h30
Organisateur : L'Asso - Le Temps Machine

MARIOTTE

Mariotte est son deuxième prénom, hérité de l'héroïne de la BD "Les Compagnons du Crépuscule" de Bourgeon dont ses parents étaient férus. Olive s'est librement inspirée de ce personnage, femme farouche, différente et puissante, évoluant en marge des siens dans un univers à la fois violent et fantastique.

Mariotte incarne les valeurs revendiquées dans les textes engagés et oniriques de la chanteuse, que sont la différence, l'insubordination, la tolérance, la résilience. Elle est animée par le désir premier d'écrire, de chanter majoritairement en français et de rompre avec les codes attendus du format chanson. La musicienne s'amuse à marier ses textes aiguisés à des arrangements hybrides, parfois savants, s'inspirant des paysages musicaux dans lesquels elle a baigné depuis son enfance : le rock (PJ Harvey, Beck), la chanson actuelle (Dominique A, Camille), les divas Africaines (Oumou Sangaré, Oum Kalthoum), la folk (Jesca Hoop, Bonnie Prince Billy), et les guitares subsahariennes Ali Farka Touré, Tinariwen)...

Najoi Bel Hadj

Najoi Bel Hadj est un esquif dont les voiles abritent les vents de multiples rivages. Depuis ses 20 ans, elle croise la route d’artistes issu·es de scènes éclectiques tel·les que Cheick Tidiane Seck, Ben l’Oncle Soul, Alice Orpheus, Orange Blossom, la Cie X-Press et Mike Ibrahim avec qui elle collabore dans l’écriture de son premier album : Wavering.

"Wavering" en anglais, "Mayassou" en arabe ou "Oscillation" en français, les chansons intimes de Najoi sont façonnées dans ces trois langues et racontent des histoires faites de multiples rivages, de mers balayées d’émotions, de forces des profondeurs, de tremblements de la surface.

Sur scène, on la retrouve avec sa voix si singulière, accompagnée de sa guitare, en harmonie avec les délicieuses sonorités de l'archet et des claviers de Yurie Hu. Ensemble, elles créent un espace sensible, à la fois céleste et aquatique, où chacun est libre de se laisser porter ou de se reconnaître dans le regard de l'autre.